Conseil Municipal du 8 février 2018 : Déclaration N° 4 de Jacky ROBIN

Monsieur le Maire, chers collègues.

Aujourd'hui, on nous demande de voter pour les vols de nuit ...Mais quel AVENIR POUR REZÉ SOUS LES AVIONS ?

Avant toutes choses, je voudrais remercier toutes les personnes qui nous ont amené à ce fiasco économique et écologique, mettant au passage la santé des citoyens du Sud Loire en danger.

Merci Messieurs MACRON, PHILIPPE, HULOT et De Rugy pour le non respect de la DÉMOCRATIE DES URNES, pour votre amateurisme avec lequel vous avez traité ce transfert suite au OUI du référendum sur Notre Dame des Landes et pour vous être essuyés les pieds sur les 179 recours gagnés par les citoyens respectueux de cette démocratie.

D'ailleurs, est-il bien légal de ne pas appliquer le résultat d'un référendum et des décisions de justice, Monsieur le Président de la République, lorsqu'on est le garant de nos institutions ?

Nous devons remercier aussi, nos écologistes locaux, les élus et adhérents de RAGT comme tous ceux aussi qui les ont rejoints dans cette aberration écologique.

Aujourd'hui ils se croient investis d'une mission de salut public :
«Ils se posent en donneurs de leçon sur les problèmes de santé publique issus des nuisances sonores et de l'absorption de micro particules de Kérosène».

Il faut les voir aussi faire leurs propositions nées de leurs assemblées pas très démocratiques sur l'organisation des futures pistes à Nantes Atlantique.

Ils prônent une piste à 13 ° par rapport à la piste actuelle, pour éviter que les avions passent au-dessus de Trentmoult.

C'est sûr, il faut surtout protéger leur quartier qui sera impacté par le survol des avions plutôt que les quelques 100 000 habitants qui subissent déjà et de plus en plus les effets du maintien de l'aéroport.

Qu'importe les habitants de la Trocardière, du Château de Rezé, de Pont Rousseau et de la Haute Ile.

Pour RAGT et les verts c'est toujours moi d'abord, les autres après.

Peut-on savoir si la piste à 13° est une demande de l'atelier citoyen ?

Dans un article dans O.F on pouvait lire « Des pistes pour mieux vivre près de l'aéroport » : « Aujourd'hui, les avions survolent Carquefou, Commerce, etc. Il ne faut pas changer de trajectoire, car les habitants se sont habitués aux avions, etc. ».

Ce genre d'affirmation est effarant et se moque de la santé des habitants impactés. Toutes les études médicales montrent la dangerosité de cet aéroport sur la santé des habitants. Où est l'écologie dans ce non transfert ?

Monsieur le Maire, on vous a vu beaucoup communiquer dans la presse mais pourquoi n'avez-vous pas tenu de réunion avec nos citoyens Rezéens ? Est-ce l'Omerta dans notre ville et ne travaille-t-on qu'en cabinet restreint sous votre mandat ?

Heureusement certains citoyens Rezéens se sont inquiétés de votre silence et ont organisé une réunion publique en y conviant tous les élus, à laquelle peu, voire aucun de RAGT ou des verts n'étaient présents.

Plusieurs autres Maires de communes limitrophes ont tenu des réunions d'informations. C'est bien dommage, vous qui parlez constamment et avec bruyamment de démocratie participative.

Que faut-il comprendre aussi du silence de la maire de Nantes ? Avec qui cherche-t-elle un accord pour le non survol du futur hôpital en zone inondable ?

Nous pourrions aussi revenir sur le coût financier de ce non transfert. L'émission Capital a été éloquente sur ce point, on multiplierait par quatre le coût : soit 1,4 milliard au lieu de 350 millions. Qui va payer ?

Encore une fois vive l'écologie punitive et je conseille à nos écolos d'opérette le très bon livre de Maud FONTENOY : « RAS-LE- BOL DES ÉCOLOS ».

Concernant la limitation des vols de nuit, nous voterons cette délibération qui nous semble très mal expliquée dans la note de synthèse et réduite à sa plus simple expression.